Airglow

Les émissions aurorales sont des émissions produites par interaction entre des particules très énergétiques (le plus souvent des électrons) provenant de l’environnement spatial voisin de la planète (magnétosphère par exemple) et les composés de l’atmosphère de la planète.

Les émissions aurorales peuvent être observées dans toutes les gammes spectrales du spectre électromagnétique : des rayons gammas au émissions radios. L’excitation peut être directement produite par la particule énergétique incidente ou produite par une cascade de collisions dans l’atmosphère.

Des émissions aurorales ont été observées sur la Terre et les quatre planètes géantes du système solaire.Elles ont aussi été observées sur Vénus, Mars et sur certains satellites galiléens (Ganymède, Io, Europe).

Pour produire ce type d’émission il est donc nécessaire d’exciter les espèces atmosphériques le plus souvent par interaction avec un photon ou un électron. Les luminescences atmosphériques (appelées airglow) produites dans les hautes atmosphères planétaires (thermosphère/exosphère) peuvent généralement être classées en trois catégories :

  • Les émissions appelées « dayglow ». Le « dayglow » est l’émission de l’atmosphère de jour qui résulte de l’interaction du rayonnement solaire avec les gaz atmosphériques. Par définition, le « dayglow » inclus aussi les émissions produites par interactions entre les gaz atmosphériques et les photoélectrons, c’est à dire les électrons produits par la photoionisation de l’atmosphère de la planète.
  • Les émissions appelées « nightglow » qui sont les émissions luminescentes produites du côté nuit. Les réactions chimiluminescentes telles que les réactions de recombinaison entre deux atomes produisent des molécules dans des états excités à l’origine des émissions de type « nightglow » dans les hautes atmosphères planétaires.
  • Les émissions aurorales qui peuvent être définies comme les émissions résultant de l’impact de particules énergétiques autres que les photoélectrons, comme par exemple lors de précipitations d’électrons énergétiques de la magnétosphère terrestre dans les régions polaires.

L’énergie perdue par l’atmosphère sous forme de luminescences atmosphériques ne représente qu’une fraction minime de l’énergie absorbée par l’atmosphère. Une partie de l’énergie absorbée est aussi transformée en énergie thermique (chauffage) et énergie cinétique (dynamique).

source

 


 Futura-Sciences

http://www.atoptics.co.uk/fz141.htm

http://spaceweathergallery.com/index.php?title=airglow

https://en.wikipedia.org/wiki/Airglow