Satellite iridium

Un flash Iridium (en anglais Iridium flare) est un phénomène lumineux produit par la réflexion de la lumière du Soleil sur l’une des surfaces réfléchissantes (antennes ou parfois panneaux solaires) d’un des satellites Iridium.

anim

Pour comprendre un peu mieux le phénomène, une description rapide des satellites et de leur mission est nécessaire.

Historiquement, Motorola a décidé de mettre en place un réseau téléphonique à couverture mondiale et sans trou en utilisant plusieurs satellites. Malgré le fiasco économique de cette solution globale, la prouesse technologique est remarquable et donne l’occasion aux astronomes amateurs (ainsi qu’à toute personne un peu curieuse) de réaliser de belles observations.

6 plans orbitaux de onze satellites

 

Pour que les appareils téléphoniques des usagers restent de proportion compacte et le plus léger possible, donc de faible puissance, il a fallu utiliser un grand nombre de satellites car ceux-ci devaient être assez bas (altitude d’environ 780 à 800 km). A l’origine, les ingénieurs de Motorola ont calculé la constellation en se basant sur 77 satellites répartis sur 7 plans orbitaux de 11 engins espacés d’environ 33 degrés, soit environ 4000 km entre chaque satellites d’un même plan (Le nom d’iridium vient du numéro atomique 77 de ce métal). Mais par la suite, l’amélioration des diagrammes de rayonnement des antennes principales (MMA pour « Main Mission Antenna ») a permis de réduire le nombre de plan à 6, soit 66 satellites pour obtenir la couverture complète – Le nom d’iridium a été néanmoins conservé.

Du 5 mai 1997 au 12 juin 1999, les lancements ont été effectués par des fusées américaines (Delta II lancées de la base de l’air force à Vandenberg), russes (Proton depuis le cosmodrome de Baïkonour dans le Kazakhstan) et chinoises (Long March 2C/SD depuis le centre de lancement de Taiyuan en Chine). Les satellites sont ensuite placés sur une orbite très fortement inclinée passant pratiquement par les pôles (85°).En à peine plus de deux ans, 88 satellites ont été lancés (en comptant les remplaçants et les engins de réserve).

La structure particulière des satellites du réseau Iridium est à l’origine de ces flashs. Ils possèdent en effet trois antennes rectangulaires très réfléchissantes — de dimensions 1,88 m par 0,86 m — disposées sur une base triangulaire de 120° et inclinées de 40° par rapport au corps du satellite. Ces antennes réfléchissent directement la lumière du Soleil, créant ainsi un faisceau lumineux d’environ 10 km de diamètre lorsqu’il atteint la surface de la Terre (les flashs produits par la réflexion de la lumière de la Lune existent mais sont invisibles à l’œil nu).

 

Un observateur peut alors percevoir un flash dans la direction du satellite, relativement bref et potentiellement très intense. L’éclat du satellite apparaît d’abord assez faible, pour augmenter progressivement jusqu’à un maximum d’intensité, puis diminuer jusqu’à ne plus rien voir. L’image du phénomène sur une photographie à pose longue est un fuseau lumineux du fait du déplacement rapide du satellite sur la voûte céleste.

Les paramètres orbitaux des satellites étant parfaitement connus, il est possible de prédire avec précision à la fois l’heure et la luminosité d’un tel évènement pour un point quelconque à la surface de la Terre.

L’évènement lumineux est fugitif (il ne dure jamais plus de quelques secondes), mais peut être très spectaculaire ; atteignant la magnitude apparente de -8, près de 30 fois plus lumineux que l’éclat de la planète Vénus à son maximum. Il est donc possible de percevoir un tel flash en plein jour.

La luminosité du flash décroît avec la distance de l’observateur au centre du cône lumineux.

 

0be91d0f-4c49-4df0-a8bd-32ff4ff33196


http://philippe.boeuf.pagesperso-orange.fr/robert/physique/satellite.htm

http://www.satobs.org/iridium.html

http://www.heavens-above.com/

http://celestrak.com/

sources : wiki , orion.asso.cc-pays-de-gex.fr


Bientôt de l’histoire ancienne ….

Les Iridiums de seconde génération « Next » ( prévus  pour être tous mis en orbite courant 2017 ) remplaceront petit a petit ceux de première génération .

http://space.skyrocket.de/doc_sdat/iridium-next.htm

« En raison de l’amélioration de la conception, nos nouveaux satellites ne sont malheureusement pas censés créer des reflets lumineux, alors profitez des  Iridiums pendant que vous le pouvez », déclare Iridium sur son site Web. « Les nouvelles antennes offrent une vitesse et une capacité de données accrues, mais sont inclinées différemment de la conception actuelle, et ne sont donc pas susceptibles de refléter beaucoup de lumière du soleil. »

Les nouveaux satellites remplaceront les existants du réseau Iridium un par un.

Une fois qu’un satellite iridium Next est allumé et confirmé sain, l’ancien satellite sera retiré de la flotte. Dans la plupart des cas, l’engin retiré sera dé-orbité pour brûler dans l’atmosphère terrestre, en supposant qu’il ait suffisamment de carburant  pour les manœuvres.

 

Le programme de remplacement de 3 milliards de dollars devrait être terminé d’ici la mi-2018, date à laquelle les reflets d’Iridium seront une chose du passé.

Skywatchers: Get your Iridium flare fix now